ENTREE A IEROUSHALAÏM 
(Marc 11.1-11)
Quand ils approchent de Ieroushalaîm, de Béit-Hananyah, près du mont des Oliviers. il envoie alors deux de ses adeptes. Ils leur dit : » Allez au village en face de vous. Vite en arrivant, vous trouverez un ânon lié, sur lequel encore nul ne s’est assis. Déliez-les et amenez-le. Si quelqu’un vous dit « Pourquoi faites-vous cela ? » dites : « l’Adôn en a besoin, Vite, il le renvoie ici ». Ils s’en vont, ils trouvent un ânon lié, près d’une porte, dehors, au carrefour. Ils le délient. Quelques- uns de ceux qui se tiennent là leur disent : « Que faite-vous ? Vous déliez l’ânon ». Ils leur disent comme Iéshoua avait dit ; ils les laissent aller. Ils amènent l’ânon à Iéshoua. Ils jettent dessus leurs vêtements ; et l’ânon, posent sur eux leurs vêtements ; il s’assoit sur lui. Plusieurs étalent leurs vêtements sur la route ; d’autres des branchages qu’ils ont coupés dans les champs. Ceux qui vont devant et ceux qui suivent crient : « Hosha’na-Sauve donc ! Béni qui vient au nom de Yahvé ! Béni le royaume qui vient, de David, notre père ! Hosha’na dans les hauteurs ! » Il entre à Ieroushalaîm, au sanctuaire ; il regarde tout à la ronde. L’heure est maintenant tardive Il sort vers Béit-Hananyah avec les Douze.